Créer sa boîte de A à Z

20/05/2016 - 17H35

Toujours plus nombreux, les Français qui choisissent d’opter pour l’entrepreneuriat le font souvent de plus en plus tôt, dès leurs études ou à peine diplômés. Face à la multiplication des filières qui leur sont dédiées, il n’est pas toujours facile de s’y retrouver. Tour d’horizon des principales formations franciliennes.

Les filières "futurs entrepreneurs"

L’entrepreneuriat a le vent en poupe chez les étudiants, en témoigne la multiplication des formations spécialisées en Île-de-France. En alternance ou en stage, de niveau bac+3 ou bac+5, en école de commerce ou à l’université… les filières dédiées à l’entrepreneuriat abondent. « L’écosystème est favorable au moment des études : les programmes d’accompagnement sont spécialement prévus pour les profils des jeunes et les écoles créent un terrain fertile pour faire émerger les idées », souligne Maryline Marin, directrice exécutive du Centre d'entrepreneuriat HEC Paris

 

Indicateurs de réussite

Des bacs pro Gestion Administration ou des formations post-bac courtes, à l’image du BTS Assistant de gestion PME/PMI et du DUT Gestion des entreprises et administration, peuvent être un choix pertinent en amont de filières plus spécifiques. Cependant les filières formant à l’entrepreneuriat ne débutent pas avant bac+2 afin de cibler les étudiants qui ont acquis la maturité nécessaire.
« Pour bien choisir sa formation, il faut surtout regarder les indicateurs de réussite, tels que le nombre de créations d’entreprises annuelles, le taux de survie des start-ups à 3 et 5 ans, le montant du chiffre d’affaire et les fonds levés mais aussi le nombre d’emplois créés la première années ainsi que les suivantes », résume Maryline Marin. 
 

Au niveau bac+3

Gestion des finances, administration, ressources humaines… Diverses formations d’un an délivrent aux étudiants de niveau bac+2 les clefs de l’entrepreneuriat, à l’image du diplôme universitaire (DU) Création d’entreprise de l’IUT Cergy-Pontoise. Il alterne cours, stages et accompagnement de sa start-up. De son côté, l’IUT de Seine et Marne Sud propose une Licence pro métiers de l’entrepreneuriat en formation initiale, continue ou en alternance. L’objectif pour les 20 étudiants retenus : se former à devenir des dirigeants de petites entreprises. Pour les étudiants déjà détenteurs d’un projet, le parcours Entrepreneurs de l’IFAG permet de s’y consacrer 3 jours par semaine au sein de l’incubateur de l’école. Autre formation : le Bachelor Ascencia Business School apprend à mener une stratégie de création et de développement d’entreprise en spécialisation d’une formation générale.
 

Au niveau bac+5

À l’échelle des masters, la concurrence est plus forte. Il y a d’un côté les grandes écoles de commerce : 

qui permettent de se spécialiser en un ou deux ans. L’ISC Paris propose un Master spécialisé entrepreneuriat ainqi qu'un MBA entrepreneurs en alternance. Novancia Business School, un Master avec majeure Entrepreneuriat et développement d’activités innovantes. L’école de commerce de la CCI Île-de-France délivre également une formation au niveau bachelor, tout comme l’ISTEC. Cette dernière propose jusqu’en M2 un cursus entrepreneuriat modulable à l’international ou en alternance et 14 options de spécialisation en dernière année. À noter, les coûts de formation élevés des formations à Bac+5 en école privée, qui peuvent atteindre 30.000€ pour le cycle Master.  

 
Côté universitaire, Paris Dauphine propose un Master entrepreneuriat et projets innovants, qui dépasse le seul enjeu de la création. Quant à l’université Paris II Panthéon-Assas, elle a ouvert en 2015 un M2 Management stratégique et entrepreneuriat en apprentissage ou comprenant un semestre à l’étranger.
 
 

Pour les étudiants en cours d’études : PÉPITE France 

Pôles étudiants pour l’innovation, le transfert et l’entrepreneuriat, les 29 PÉPITE accompagnent les étudiants porteurs d’un projet entrepreneurial en leur attribuant le statut national d’étudiant-entrepreneur. Ce dernier permet notamment de remplacer un stage par la validation de son projet.
Vous souhaitez vous inscrire pour l’année 2016/2017 ? Le dossier de candidature est en ligne !

Cultiver sa fibre entrepreneuriale

Si vous souhaitez monter une start-up, il existe également de nombreux concours, réunions d’informations et incubateurs (HEC, ESSEC Ventures, Blue Factory Paris ESCP Europe, Incuballiance Paris-Saclay, PEPITE, Agoranov, Paris Pionnières…) au sein des écoles et universités, à l’image de JEE PEIPS, dédiés notamment aux étudiants et futurs entrepreneurs. « En parallèle de nos filières, nous sensibilisons les jeunes à l’entrepreneuriat dès leur première année (L3), à travers des ateliers thématiques, des témoignages d’anciens élèves devenus entrepreneurs, et des permanences d’experts répondant aux questions des étudiants chaque semaine », indique Maryline Marin. Un arsenal décisif pour armer les futurs entrepreneurs.
 

 

Rechercher dans Le Mag

Retrouvez-nous sur Facebook