Ils-elles créent leur boîte

04/05/2016 - 11H29

Près de 350.000 tonnes de déchets biodégradables sont produites chaque année par les professionnels de la restauration. En 2013, Stéphan Martinez décide de revaloriser les biodéchets pour éviter tout gaspillage en créant sa propre entreprise, Moulinot Compost & Biogaz.

Stéphan Martinez, fondateur de Moulinot Compost & Biogaz

L'idée

Restaurateur lui-même, Stéphan Martinez a vu son activité directement impactée par une nouvelle législation issue du Grenelle II de l'environnement. Depuis 2012, le Code de l'environnement oblige en effet tous les professionnels de la restauration et du commerce alimentaire à réduire de manière significative leur production de biodéchets - dont les déchets alimentaires. Le seuil de production, fixé précédemment à 120 tonnes par an, est alors limité à 10 tonnes. Les contrevenants s’exposent à une amende de 75.000€ et jusqu'à deux ans d'emprisonnement.
C'est pour faire face à cette législation que Stéphan Martinez a créé son entreprise, Moulinot Compost & Biogaz. « Nous proposons de sensibiliser et former les professionnels à la mise en place du tri des restes alimentaires issus de la restauration pour les valoriser sous forme de compost ou d'énergie biogaz électrique. Je m'étais renseigné il y a quelques années sur le lombricompostage, une méthode canadienne, qui consiste à nourrir des vers de terre avec les restes alimentaires pour les transformer en engrais. J'ai commencé à mettre en place cette technique au sein de mon restaurant, et très vite de nombreux confrères et clients s'y sont intéressés. J'ai donc eu l'idée de créer la Moulibox, une boîte contenant des vers et du terreau naturel permettant de produire son compost soi-même. C'est également un bon outil pédagogique pour les enseignants qui peuvent ainsi montrer le cycle de vie des déchets à leurs élèves », explique Stéphan Martinez. Dans un souci de cohérence, le restaurateur a développé une autre nouveauté : des camions écologiques, permettant de transporter les déchets triés par les professionnels jusqu'aux usines de méthanisation où ils sont revalorisés.

 

L'histoire

Étonnant parcours que celui de Stéphan Martinez ! À 20 ans, il obtient un diplôme d'État afin de devenir professeur de tennis. Issu d'une famille de restaurateurs sur trois générations, il s'associe finalement à son frère pour ouvrir son premier restaurant en 1995. Deux autres établissements verront le jour avant la création de Moulinot Compost & Biogaz en 2013. « Un an plus tard, nous avons organisé une première opération pilote en partenariat avec Synhorcat. 80 professionnels ont pris part à cette opération, traiteurs comme brasseurs, restaurateurs et hôteliers. Le but était de les accompagner dans la mise en place du tri et de lever les doutes autour des déchets alimentaires. En neuf mois, l'opération a permis d'en récolter 580 tonnes et de sensibiliser 2 500 salariés. » 
Pour financer cet événement d'envergure, 300.000€ ont été rassemblés, notamment grâce à la Région Île-de-France, l'Ademe ou encore la Mairie de Paris. Plus récemment, Moulinot Compost & Biogaz peut également compter sur le soutien de PM'Up, un programme mis en place par la Région visant à aider les PME franciliennes à se développer. « Aujourd'hui, Moulinot Compost & Biogaz emploie 11 salariés, et nous souhaitons recruter davantage. Nous travaillons avec 120 professionnels issus de tous secteurs : restauration rapide, collectivités, établissements privés ou scolaire, marchés alimentaires... Récemment, nous avons eu la chance d'intervenir lors de la Conférence sur le climat et au Salon de l'Agriculture. Au total, depuis 2014, 2.600 tonnes de restes alimentaires ont été valorisés en énergie électrique et gaz », indique Stéphan Martinez. 
 

Et après ?

Alors que la valorisation énergétique est une priorité pour Moulinot Compost & Biogaz, Stéphan Martinez souhaite poursuivre le développement de son entreprise et lui donner une plus grande envergure. « Nous travaillons sur un projet qui devrait aboutir d'ici fin 2016 : une plateforme de compostage en Île-de-France qui permettrait de croiser les restes alimentaires avec des déchets verts. Le compost produit sera ensuite utilisé pour l'agriculture périurbaine et pour alimenter les bacs à fleurs installés en ville », annonce l’entrepreneur. Pour mener à bien ce projet, Moulinot Compost & Biogaz pourra compter sur le soutien financier de Bpifrance. À terme, Stéphan Martinez souhaiterait appliquer le modèle de son entreprise à d'autres régions françaises. De belles perspectives au regard de l'importance des préoccupations environnementales.
 

Rechercher dans Le Mag

Retrouvez-nous sur Facebook