Ils-elles créent leur boîte

06/01/2014 - 10H53

Aux cadres pressés qui n’ont ne le temps ni l’envie de faire du shopping, Jan Schutte propose LE CHEMISEUR®, un service en ligne de création de chemises sur-mesure. Mais pas n’importe lequel. Son concept repose sur une « clé » brevetée permettant, une fois sa coupe trouvée, de commander de nouveaux modèles en un clic. Rencontre avec le fondateur d’un prêt-à-porter masculin 2.0.

Jan Schutte, créateur de chemises sur-mesure

Comment vous est venue l’idée de cette entreprise ?

D’une observation. À ma sortie de Centrale Paris, j'ai travaillé 6 ans dans l'industrie automobile chez Toyota, puis dans un cabinet de conseil en stratégie. J'avais du mal à trouver des chemises à ma taille en raison de mes longs bras. Et je me suis aperçu que d'autres consultants rencontraient le même problème que moi. Or, ils n’avaient pas forcément envie de passer du temps à chercher une chemise dans les magasins ou à faire appel à du sur-mesure traditionnel.


Vous avez donc inventé un service de sur-mesure un peu spécial. Pouvez-vous nous parler de sa spécificité ?

Chaque chemise commandée renferme dans son col une clé. Ce code unique contient toutes les mesures du client : la taille du col, des poignets, la longueur de manche, son tour de poitrine… Une invention que j'ai fait breveter et qui permet au client de ne pas perdre de temps lorsqu’il commande une nouvelle chemise.


Comment se passe concrètement la commande ?

Soit le client vient la première fois à un de nos évènements réguliers sur Paris pour trouver sa coupe, soit il entre en ligne sur www.lechemiseur.fr les dimensions d’une chemise qui lui va bien. Il choisit ensuite son tissu et son coloris. Je fais ensuite fabriquer la chemise par un fournisseur de l'Ouest de la France. Lorsque le client repasse commande, il lui suffit de renseigner le numéro de sa clé, et le tour est joué. Il est même encore possible d’affiner sa coupe par la suite.


Où en est aujourd’hui votre entreprise ?

Je travaille sur ce projet depuis 18 mois en faisant appel à d’autres indépendants. L’incubateur BGE, dont je fais partie, m’a permis de tester mon produit avant de m’immatriculer. Avant même la création, j’enregistre à mon actif un an d’expérience et de retours clients. C’est une vraie chance ! Je vais probablement sortir de la couveuse en janvier ou février. En attendant, LE CHEMISEUR® vient de franchir la barre des 60 clients dont une partie sont déjà devenus récurrents. L’objectif est aujourd’hui de créer un véritable site de e-commerce qui prenne en compte les observations des derniers mois et permette de payer par CB. Grâce à mon passage en incubateur, je sais exactement ce qu’il faut faire pour optimiser la réussite de ce site.


Quelles sont vos perspectives d’avenir ?

J’envisage de créer des partenariats et de développer le concept autour de la clé. Je compte, entre autres, passer par d’autres créneaux de distribution comme les Comités d’entreprise, et créer des séries limitées personnalisées pour des enseignes multi-marques, que j’associerai à la récurrence que l’on gérera pour eux par un droit de suite. Tout l’enjeu est de récupérer une cliente  puis de la fidéliser.


Quelles sont les principales difficultés que vous rencontrez ?

Pour un ingénieur de formation, toute la difficulté est maintenant de vendre. Pour y parvenir, je m’entoure de personnes dont c’est le métier.
Autre difficulté : trouver un local de 25m2 environ permettant de gérer les paquets et produits de démonstration, ce qui s’annonce délicat à Paris. Je viens de déposer plusieurs dossiers de candidature dans d’autres structures d’accueil comme des pépinières d’entreprises. Espérons que cette démarche porte ses fruits.


Quels conseils donneriez-vous à un futur entrepreneur ?

Je pense qu’il est important d’échanger avec ses clients avant de se lancer dans des chantiers lourds et complexes comme un site web. Les incubateurs offrent notamment cette opportunité. Ils permettent de se jeter à l’eau avant même d’être prêts ! De notre côté, nous avons commencé à travailler avec un pdf : plus rapide à mettre en œuvre qu’un site web à programmer. C’est l’un des principes dispensés par la Lean Start-Up (d’Eric Ries) : un ouvrage dont je recommande la lecture à tout créateur d’entreprise !
 

Découvrez le site web de LE CHEMISEUR®
Couveuse, pépinière, incubateur… Quelle différence ?
En savoir plus sur le réseau BGE

Rechercher dans Le Mag

Retrouvez-nous sur Facebook