Le conseil du coach

26/05/2016 - 16H07

Un chef d'entreprise doit savoir bien s'entourer : le management est avant tout une affaire de personnes. Plus vos salariés seront compétents et performants, plus votre structure le deviendra.

Réussir le recrutement de vos collaborateurs

1. Identifiez vos besoins et définissez le profil de poste

Avant de démarrer le processus de recrutement, vous devez fixer les critères indispensables. Plus vos besoins seront clairement définis, moins le processus de sélection sera arbitraire. Si vous créez un poste, détaillez toutes les tâches et responsabilités associées ainsi que les qualifications et l'expérience indispensables. Si le poste existait déjà, revoyez soigneusement son profil et effectuez les ajustements nécessaires. « Pensez à demander à vos collaborateurs s’ils ne souhaitent pas s’y positionner. Une refonte est l’occasion de faire évoluer leurs tâches et de s’assurer leur fidélité », estime Anne Saüt, co-fondatrice et directrice générale du cabinet Diversity Conseil. Rédigez ensuite avec précision l’annonce pour limiter les candidatures décalées. 

 

2. Trouvez des candidats intéressants

Lorsque vous cherchez à pourvoir un poste, vous pouvez également recourir aux agences d'intérim, associations corporatives, cabinets de recrutement ou aux médias, notamment la presse spécialisée. Pour certains postes (commerciaux, assistants), une simple annonce suffit pour recevoir des centaines de candidatures. Pour les profils plus rares, les réseaux sociaux professionnels (LinkedIn et Viadeo en tête) sont plus utiles, et peuvent même servir à chasser la personne idéale et à la contacter directement.


3. Première sélection

Le tri parmi les candidatures peut prendre un certain temps qu’il faut anticiper. Si vous ne pouvez le faire vous-même, confiez cette tâche à un collègue ou un cabinet de recrutement. « Dès le premier contact téléphonique, poser les critères rédhibitoires tels que la maîtrise de l’anglais, la grande mobilité du poste ou le niveau de salaire. Cela permet d’écrémer, donc de gagner du temps. Pour la rémunération, mieux vaut prévoir une fourchette de salaire annuel brut à l’avance. Et comme il est plus difficile d’attirer des candidats dans une petite structure, il ne faut pas avoir peur de s’ouvrir à des parcours atypiques », assure Anne Saüt.


4. Recevoir les candidats

L’entretien peut se faire en face à face, au téléphone ou en appel vidéo. Dans la mesure du possible, évitez de recruter seul.e. Lors des entretiens, n’hésitez pas à varier les questions pour détecter ceux qui auront appris leurs discours par cœur. « Lors de l’entretien, il peut être intéressant de se renseigner sur la raison du changement de poste pour s’assurer d’offrir une amélioration. Demander au candidat où il se voit dans 2 ou 4 ans permet d’évaluer si vous pourrez le garder sur le long terme. Il est également important de comprendre ses choix d’étude, de stage, de premiers emplois : un travail en PME nécessite d’être adaptable et d’avoir un esprit d’équipe. Vous pouvez aussi lui demander à quelles annonces il a répondu, pour vous assurer que le choix d’une petite structure n’est pas fait par défaut », conseille Anne Saüt. 


5. Prendre une décision

N’hésitez pas à vérifier les références données par les candidats, notamment en contactant leurs précédents employeurs. C’est le seul moyen dont vous disposez pour savoir s’ils sont réellement ceux qu'ils prétendent être. Eventuellement, prévoyez un second entretien. Pensez aussi aux tests psychologiques ou à une mise en situation pour évaluer vos candidats. Une fois votre décision prise, il ne vous reste plus qu'à appeler le candidat retenu, sans oublier de répondre à ceux que vous n'avez pas retenus ! Il est alors important de dire à quelqu’un pourquoi vous ne l'avez pas sélectionné pour lui permettre de poursuivre sa recherche d'emploi de manière constructive.

Le premier recrutement, un cas particulier

Au sein d’une jeune entreprise, l’étape du premier recrutement est décisive. « Le passage d’auto-entrepreneur à entreprise est un cap symbolique. Embaucher, c’est prendre un premier risque pour les autres, pas seulement pour soi-même. Il faut chercher la complémentarité, les compétences qui vous manquent, dans le cadre de la culture d’entreprise que vous souhaitez mettre en place. Le nouveau venu fait un pari sur votre développement, il aura un rôle clef et sans doute plus de responsabilités par la suite », explique Anne Saüt. Plus encore que pour les suivants, le contact humain et l’intuition sont primordiaux. 
À noter : vous avez jusqu’au 31 décembre 2016 pour bénéficier d’une aide financière à la première embauche de 4000€ sur deux ans. Cette aide est versée au prorata du temps de travail du salarié et de la durée de son contrat de travail. Elle est cumulable avec la réduction Fillon, le CICE, la baisse de la cotisation d’allocations familiales ou encore des aides de l’AGEFIPH.

 

Ajouter un commentaire

Rechercher dans Le Mag

Retrouvez-nous sur Facebook